Devenir adulte avec « Night in the Woods »

Night in the Woods (« Une nuit dans les bois ») est un jeu de plateforme narratif où le joueur suit l’aventure de Maë Borowski, une jeune adolescente de 20 ans qui, après avoir vécu un évènement traumatique à l’université, rentre à Possum Springs, son village natal où elle retrouve ses parents, ses voisins, ses amis d’enfance et son enfance. Elle tient un journal intime qui se remplit de dessins et de pensées brèves tout au long du jeu. Seulement, elle s’aperçoit que depuis son retour, tout a changé : les amis d’enfance ne sont plus vraiment ceux qui ils étaient avant, le village subit de nombreux travaux, son restaurant préféré a fermé… des détails qui suffisent pour réaliser que le souvenir d’enfance se dissipe petit à petit.

Du point de vue psychanalytique, on retourne dans un univers régressif digne de l’enfance. Tout est mignon, joli et poétique, les personnages sont des animaux et sont indifférenciés au niveau du genre sexuel. Mais la narration vient faire contraste avec le monde des bisounours qui nous est présenté : la famille de Maë qui n’a plus assez d’argent pour rembourser la maison, l’amie du collège qui a perdu sa mère, la dépression du meilleur ami… et puis il y a Maë Borowski, celle qui a arrêté la fac pour rentrer à la maison, celle qui se protège derrière une façade joyeuse, enfantine et immature pour cacher sa dépression, ses troubles de l’humeur, ses moments de déréalisation et de dissociation; celle qui fait des rêves déjantés et qui obtient des pouvoirs surnaturels dans ses rêves, jusqu’à en délirer sur l’existence même. Elle ne parvient pas tout à fait à différencier entre ce qu’elle vit en elle (soit la vie psychique) et ce qu’elle vit hors d’elle (soit la vie matérielle) et peut se retrouver à confondre les deux vies.

Le joueur s’aperçoit que le protagoniste peut, par moments, être immature, naïve, voire niaise. Alors que la majorité des personnages représentés dans le jeu sont des adultes ou des grands adolescents qui ont fait le pas de l’âge adulte et de la maturité, notre personnage Maë est restée bloquée à l’insouciance de l’adolescence et de l’enfance. Tout le thème du jeu Night in the Woods est focalisé sur la difficulté du passage de l’enfance à l’âge adulte, et comment au fond on n’arrête jamais de grandir et de rester enfant en même temps. Cependant, cette transition peut être une expérience terrifiante ! Les adolescents doivent soudainement être responsables de leur actions, autonomes, indépendants et de se lancer dans la vie d’adulte, c’est-à-dire avoir un travail, faire des études, se marier, fonder une famille… bref, « avoir un projet de vie« . Et même si on peut se dire que tout le monde y passe, cela peut rester effrayant pour d’autres. Le passage à l’âge adulte est une étape de vie particulièrement importante pour l’adolescent, car il s’agit d’une période de vie où il est à la fois encore dépendant de ses parents et en même temps indépendant et propre à lui-même. Après tout, être adulte, qu’est-ce que cela veut dire ? Avoir 18 ans ? Avoir un projet de vie ? Ou est-ce une question de maturité ?

« Je ne suis qu’une adulte qui vit chez ses parents. » dit Maë à l’un de ses voisins.

Enfin, Night in the Woods traite de la question de trouver le courage pour confronter ses propres démons internes représentés par les angoisses et les peurs. Le personnage Maë apprend à mieux se connaître et tente de comprendre petit à petit ses crises de colère qui l’a poussé à un passage à l’acte, représenté par une bagarre entre elle et un camarade de classe à coups de batte de baseball. Seulement voilà, cela ne fait pas de Maë une personne violente, cela fait d’elle d’une jeune adolescente qui vit des instants violents qu’elle intériorise et qu’elle refoule, d’où la violence qui en ressort une fois que Maë est poussée dans des situations d’extrêmes angoisses. Ceci étant, on peut se demander, au niveau psychologique sur le personnage de Maë, de l’origine de ses symptômes pré-psychotiques dans son histoire personnelle : rien n’est tranché sur comment cela se fait que Maë porte en elle ces symptômes. Peut-être que justement, tout n’est pas explicable sur l’esprit humain, mais que peu importe les origines, pour Maë il y a des comportements violents et incompris à gérer.

Et je crois que l’histoire de Maë est un excellent exemple et modèle de ce que peut représenter la terreur chez tout à chacun que de faire un face-à-face avec soi-même à un moment donné, au risque de refouler massivement des éléments de la vie qui ont provoqué de la violence dans la vie psychique. En laissant le refoulement se faire sans limite, on finit par générer des symptômes plus ou moins graves qui peuvent devenir problématiques. A ne pas croire qu’il faut absolument tout confronter non plus ! Simplement, il peut arriver chez une personne que de se dire « Je sais qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez moi, cela me terrifie, mais je suis encore plus terrifié par l’idée de me confronter à cette terreur !« , et de ne pas savoir quoi faire. Dans ces moments-là, je crois qu’il devient essentiel et important de trouver du sens dans ce que nous ne comprenons pas. Le but de la psychothérapie est en partie lié à cette recherche de mise en sens, mais cela peut se faire par d’autres moyens si nécessaire. Pour Maë, elle trouve un bras découpé d’une personne dans la rue, et se décide d’aller chercher le coupable avec ses amis. C’est un peu étrange, voire morbide…! Mais ce qui compte, c’est qu’elle se reconnecte avec sa vie d’enfance, elle renoue le lien avec ses amis du village et ses parents, finalement elle prend le temps de réfléchir sur tout ce qui lui arrive.

« Je suis terrifiée ! » dit Maë devant ses amis.

Bref, Night in the Woods est une aventure précieuse, comme un roman poétique qui immerge le joueur dans la vie de Maë, un personnage avec lequel on peut facilement s’identifier avec ses expériences de vie (en dehors de ses symptômes pre-psychotiques…). C’est un joli récit qui prend un air de conte de fée pour enfant, mais qui très rapidement s’adresse aux grands adolescents et aux adultes, de par le fait que le joueur est poussé à se remettre en question et à se demander finalement ce que cela signifie que d’être adulte. Le jeu donne envie de vouloir continuer à vivre les expériences de Maë avec elle : au fond, Maë cherchait à se reconnecter avec sa vie passée, mais il faut traverser les épreuves du jeu avec elle pour s’apercevoir à la fin qu’il faut tirer les leçons du passé et se projeter vers l’avenir. A un moment donné, il faut couper le cordon ombilical symbolique et se séparer de son histoire et de sa vie, car après tout, devenir adulte n’est-il pas une histoire de deuil ?