« Child of Light » : l’expérience thérapeutique

Pour aller un peu plus loin dans les thérapies à médiation numérique, le jeu vidéo Child of Light est à mon avis un exemple poignant. Ce jeu vidéo, à la fois magnifique et poétique, incarne l’histoire d’une jeune fille, Aurora, qui devra partir à l’aventure, à la recherche de son père. C’est un véritable conte de fée qui nous transporte dans notre imaginaire et qui ne nous laisse pas indifférent. Utiliser Child of Light comme outil de médiation en thérapie de groupe a été au départ une expérimentation. Quoiqu’on en pense, les jeux vidéo restent un centre d’intérêt majeur chez les jeunes, et il me paraît essentiel de rester en lien avec les cultures générationnelles. Ceci étant, il ne s’agissait pas de leur donner tout ce qu’ils voulaient, il fallait instaurer un cadre thérapeutique et des limites dans le choix des jeux. J’avais choisi Child of Light comme premier jeu pour un groupe de quatre enfants, il comblait à la fois mes critères dans le choix de jeu. Il fallait un jeu vidéo qui se joue en coopération (à deux manettes), qui conte une histoire riche et symbolique et qui laisse suffisamment d’espace psychique pour rêver, s’imaginer, se raconter des histoires. C’est pour cela que les pionniers de la psychologie psychanalytique du virtuel/du jeu vidéo s’accordent pour dire que l’utilisation du jeu vidéo comme médiation thérapeutique est comparable aux groupes thérapeutiques de conte de fée, tout en respectant les différences qu’il peut y avoir.

Aurora est le personnage principal et la fille du duc et de la duchesse d’Autriche au 19ème siècle. Le jeu présente l’histoire dans une cinématique colorée et animée par la poésie et les rimes. La mère d’Aurora décédée, Aurora grandit auprès de son père et de sa nouvelle épouse (la belle-mère). Mais quelques années plus tard, Aurora, encore enfant, tombe dans un sommeil profond : c’est ici que le joueur commence la partie, dans un monde parallèle, fantastique et féerique. Seule, elle doit retrouver son père, qui constituera sa quête principale. Séparée du père, Aurora l’enfant va devoir explorer ce nouveau monde inconnu. Elle part à la rencontre de nouveaux horizons; le joueur fait la rencontre de nouveaux personnages – alliés et ennemis – notamment d’une luciole nommée Igniculus. Celle-ci est comme le meilleur compagnon d’Aurora, ou plus précisément le doudou (« l’objet transitionnel« ) : grâce à la luciole qui l’aide à illuminer les chemins autrement inaccessibles par l’obscurité et la pénombre, Aurora peut traverser diverses épreuves de prouesse.

Aurora et Igniculus face à leur première énigme.

La luciole accompagne Aurora tout au long de l’aventure, elle est d’une aide primordiale en début de partie, car Aurora est encore jeune d’expérience, elle ne sait pas encore se battre, et lorsqu’elle trouve son épée, elle est encore faible. Les combat sont difficiles et Aurora a besoin du soutien de la luciole pour traverser les épreuves.

 

Puis, Child of Light est un jeu marqué par le symbolique et évoque une multitude de thèmes forts. D’abord, il est question pour Aurora, encore enfant, de retrouver son père : la séparation violente entre monde matériel et monde parallèle/fantastique est trop difficile à subir, Aurora sent qu’elle ne peut pas survivre dans la solitude face aux dangers du monde fantastique. Les premières créatures qu’elle rencontre sont des animaux solitaires, mystérieux et dangereux. Aurora est confrontée tout au long de son aventure à des rencontres qui seront, avec le temps et l’expérience du jeu, des amitiés. Chacun des compagnons qu’Aurora rencontre porte en lui leur propre histoire personnelle, du clown qui cherche son frère jumeau, du jeune magicien à la longue barbe qui doit sauver son village, jusqu’à la petite fille à la peau verte orpheline récupérée par un grand père du village. Par la suite, Aurora apprend à faire le deuil de sa mère biologique, mais également de la belle-mère qui n’est pas aussi bienveillante que ce que l’apparence laisse croire. Dans ces moments-là, on retrouve des similarités avec le conte de fée : par la quête, le protagoniste se confronte à des thèmes symboliques forts tels que la fratrie, la trahison ou le rêve.

 

Enfin, on retrouve dans Child of Light des créatures mythiques qui raniment les angoisses de l’enfance : le monstre sous le lit ou dans le placard, l’obscurité, la créature dévoreuse d’enfants… tant d’images et de représentations symboliques qui rappelent l’enfant qu’il doit apprendre à supporter sa solitude. Ces angoisses peuvent manifester un travail de deuil de la relation fusionnelle entre l’enfant et ses parents, qu’ils ne peuvent constamment être présents dans leur vie et qu’il faut intégrer symboliquement la présence de ses parents. Aurora est une enfant avec des blessures narcissiques, abandonnée à son propre sort dans cet univers mystique mais inconnu. Mais le joueur assiste, au fur et à mesure qu’il avance dans l’histoire, à l’évolution d’Aurora : elle gagne en âge, en maturité et en expérience. Les questionnements sont différents, la quête évolue et change de sens selon les âges. Dans un processus d’immersion, le joueur est transporté dans les problématiques d’Aurora qui restent suffisamment réels pour le joueur, ce qui lui permet de s’identifier au personnage du jeu. Tout comme l’enfant de latence et l’adolescent, il grandit, apprend de ses expériences de vie et se construit petit à petit.

Pour conclure, Child of Light est un jeu vidéo qui se joue comme un conte fantastique, riche et complexe, et malgré son apparence au premier abord enfantine et régressive – se cache derrière un jeu rempli de richesse et de réflexion. Travailler sur ces questions avec le patient, au travers du jeu, est comme une manière de parler de soi, sans parler directement de soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.